Table of Contents

Mode Opératoire BTP OU Procédure BTP ?

Mode Opératoire Bâtiment

Un mode opératoire Bâtiment et travaux publics ou procédure d’exécution sont presque la même chose, la seule différence c’est que le premier est un guide techniques a suivre, par contre une procédure d’exécution est l’ensemble des étapes techniques en respectant des normes techniques et les règles de l’art , Voir Le Tableau des Tolérances DTU

 

Exemple des Modes Opératoires Dans Le BTP 2021

Mode Opératoire des Gros Oeuvres

Le mode Opératoire d'implantation de Batiment
mode opératoire implantation

1.Travaux préparatoires 

  • Contact du cadastre pour obtenir les points de rattachement.

  • Examen du plan d’implantation

2.Plan d’implantation

Ce document est établi avant le démarrage des travaux, lors de la phase de préparation de chantier. L’objectif de ce dernier et d’assurer la bonne implantation du bâtiment dans le terrain, c’est à la dire à la position qui a été retenue par l’architecte et validée lors du dépôt du permis de construire.

 

Il est important de bien saisir l’importance capitale de ce plan.

La position d’un bâtiment sans son emprise cadastrale est généralement vérifiée à la fin des travaux, lors de la réception par le maitre d’ouvrage. Il s’agit de fait du document de préparation de chantier le plus engageant en termes de responsabilités.

Mode Opératoire des Terrassements
  1. Implantation des ouvrages

Avant toute opération de terrassement, le topographe rattaché à la chaine de production procédera aux travaux suivants :

  • Piquetage nécessaire à l’implantation des ouvrages concernés par les terrassements ;
  • Etat des lieux ;
  • Etablissement et conservation des repères secondaires nécessaires ;
  • Vérification des fouilles à l’avancement, installation des axes et lignes de talus.

 

  1. Travaux préalables aux terrassements

Les arbres et les constructions dont la conservation est prescrite dans le marché sont soigneusement repérés lors de la reconnaissance initiale et font l’objetd’une protection particulière.

Les travaux de terrassement comprennent :

– l’arrachage, l’abattage et l’essouchement des arbres dont la circonférencemesurée à 1 mètre au-dessus du sol est supérieure à la valeur fixée au marché ;

– le débroussaillement ;

– l’extraction des racines restantes et des anciennes souches mises à jour aucours de l’exécution de ces travaux ;

– la démolition des constructions et des ouvrages en terre prévue au marché,

– le stockage éventuel des produits aux lieux désignés par le maîtred’œuvre ;

  1. Terre végétale

Le décapage de la terre végétale est effectué selon la hauteur d’horizon pédologique décrite dans le rapport géotechnique.

  1. Déblais

Les déblais sont exécutés conformément aux profils théoriques résultant du projet dans les limites des tolérances prescrites et avec un ajout d’environ 1m pour de débord pour les commodités de circulation et travail des ouvriers.

Le maître d’œuvre sera tenu au courant si au cours des travaux les pentesde talus doivent être modifiées pour raison de stabilité.

L’exploitation du déblai sera faite de manière à favoriserle réemploi prévu des matériaux extraits, en tenant compte du mouvementdes terres prévisionnel et des conditions climatiques effectives.

La conduite des travaux de déblais vise à assurer au fur et à mesure de leur exécution,l’assainissement, la stabilité et le réglage des talus et des arases.

Le déblai comprend

– les implantations, générales et spéciales, si elles n’ont pas été réalisées parle maître d’œuvre ;

– les implantations complémentaires ;

– les épreuves de convenance éventuelles (tirs d’essais, essais de défonçage…);

– l’extraction, et le chargement ;

– éventuellement le transport ;

– le déchargement aux lieux d’utilisation ou de dépôt ;

– l’entretien du déblai et de ses voies d’accès en particulier l’évacuation deseaux pendant les travaux ;

– le fractionnement et/ou l’enlèvement des blocs selon les prescriptions duCPT ;

– le réglage de la plate-forme et des talus ;

 

  1. Remblais

Les remblais sont exécutés conformément aux profils théoriques résultant du projet dans les limites des tolérances prescrites.

Les conditions d’utilisation des sols ainsi que les exigences de compactagefixées au Cahier de prescription Technique ou rapport géotechnique seront respectées.

Lorsque la constitution de remblai en sols hétérogènes ne peut être évitée,elle est organisée pour prévenir des désordres ultérieurs.

Les engins de compactage seront utilisés de manière à assurer une répartitionhomogène de l’effort de compactage sur la surface de l’ouvrage.

Le remblai comprend :

– le régalage en couches d’épaisseur conforme aux prescriptions du marché,

– l’arrosage si nécessaire ;

– l’aération si nécessaire ;

– le compactage par couche successive de type GNB classe 0/20 approuvée par le laboratoire à 95% de l’OPM

– le réglage de la plate-forme et des talus au profil définitif y comprisl’évacuation des terres excédentaires ;

– la protection de la plate-forme et des talus contre les eaux de ruissellement ycompris l’exécution et l’entretien des ouvrages provisoires correspondants.

Mode Opératoire Coffrage
installation de chantier

1.    Travaux préparatoires 

 

Le contrôle de l’implantation devrait être ferme et rigoureux pour une bonne exécution des coffrages.

2.    Définition des coffrages

Les parties d’ouvrage d’art concernées par cette procédure sont :

  • Semelles

  • Longrines

  • Chainages

  • Poteaux

  • Poutres

  • Voiles

Tous les coffrages seront traités par un produit de démoulage et d’étanchéité avant leur utilisation et leur réutilisation. Ils doivent être bien nettoyés avec des brosses métalliques afin de les rendre propres et lisses. Les coffrages en bois seront arrosés abondamment avant bétonnage.

 

 

3.    Coffrages des semelles 

 

Le coffrage des ouvrages en fondations est de type ordinaire :

Bois de coffrage, madriers, contre plaque, et panneaux métalliques pour les ouvrages répétitifs.

Processus d’exécution 

 

Après nettoyage du béton de propreté en fond de :

  • Implantation planimétrique et altimétrique.

  • Montage et coulage des coffrages.

 

4.    Coffrage des poteaux

Lecoffrage des poutres coulées sur place sera de type mixte DOKA TOP 50, ossature métallique et peau en contre-plaqué bakelysé..

Les faces de ces panneaux seront enduites d’huile décoffrant spéciale, Ces panneaux seront composés d’élément de sélections et hauteurs différentes en fonction des ouvrages auxquels ils seront destinés.

 

Ils seront régulièrement entretenus dans les ateliers du chantier afin d’assurer leur planéité et le changement de peau, chaque 10 utilisations le serrage sera assuré par des tiges.

 

5.    Coffrage des longrines et des poutres

 

Le coffrage des poutres coulées sur place sera de type mixte DOKA TOP 50, ossature métallique et peau en contre-plaqué bakelysé..

Les faces de ces panneaux seront composées d’élément de sélections et hauteurs différentes en fonction des ouvrages auxquels ils seront destinés.

 

Ils seront régulièrement entretenus dans les ateliers du chantier afin d’assurer leur planéité et le changement de peau, chaque 10 utilisations, le serrage sera assuré par des tiges type.

 

6.    Coffrage des Voiles 

 

Lecoffrage des poutres coulées sur place sera de type mixte DOKA TOP 50, ossature métallique et peau en contre-plaqué bakelysé ; avec une limite de 10 utilisations.

Ces panneaux seront composés d’éléments réguliers et d’éléments spéciaux pour les angles ou les têtes de voiles.

Le décoffrage des voiles sera effectué après durcissement du béton.

 

 

I.     Consignes de sécurité 

1.    Mise en place des coffrages 

 

  • Les éléments de coffrage doivent être inspectés, montés et démontés sous la surveillance de personnes qualifiées et expérimentées et, autant que possible, par des ouvriers familiarisés avec ce genre de travail.

  • Lors de la mise en place des coffrages, seuls les monteurs sont autorisés à accéder au coffrage.

  • Si la protection collective fait défaut le port du harnais est obligatoire lors des phases de coffrage et décoffrage.

  • Les bois et les étais utilisés pour les coffrages doivent être choisis en fonction des charges auxquelles ils seront soumis, des portées, de la vitesse de coulage du béton et de la température au moment de la prise.

  • Les panneaux et les éléments de coffrage analogues doivent être munis de dispositifs d’accrochage appropriés pour les opérations de levage.

  • On doit utiliser des échafaudages conformes avec des lisses et plinthe pour des travaux de hauteurs moyennes,

 

 

 

2.    Etayage 

  • L’étayage doit avoir une résistance suffisante pour supporter sans risque :

    • Les charges et les efforts verticaux (poids du coffrage, du béton et du matériel, efforts dynamiques, vibrations, etc.)

    • Les poussées latérales (transmises dans l’étayage ou provoquées par des opérations exécutées à proximité).

  • Les étais doivent être en acier ou en bois de bonne qualité, droit et à fibre longitudinales.

  • Les étais doivent se reposer sur une assise solide, et en aucun cas sur un sol non stable.

  • L’étayage doit être conçu de telle sorte que, lors du démontage, un nombre suffisant d’étais puissent être laissés en place pour garantir la sécurité.

  • L’étayage doit être convenablement protégé contre les accidents susceptibles d’être causés par des véhicules, des charges en mouvements, etc

  • On doit débarrasser l’étayage des éléments saillants (clous, fers,…) ou prévenir comme il convient les risques de blessures.

 

3.    Décoffrages

 

Le décoffrage ne doit pas être entrepris avant que l’autorisation en ait été donnée par une personne compétente (chef direct), qui se soit assuré que le béton a une résistance suffisante pour supporter son poids ainsi que les surcharges.

Afin de prévenir les accidents susceptibles d’être provoqués par la chute de planche ou d’autres éléments, les coffrages doivent, dans la mesure du possibles, être enlevés d’une seule pièce ; si ce n’est pas possible, les parties laissées en place doivent être maintenues par des moyens appropriés.

Une fois démonté, le matériel de coffrage doit être nettoyé des clous et entreposé de façon à ne pas encombrer les emplacements de travail et les voies de passages ou de circulation.

Le temps minimum entre l’achèvement du bétonnage et le décoffrage sera pour chacun des éléments de :

  • Poutres-côtés : 2 jours

  • Poutres sous-faces : 14 jours

  • Poteaux : 2 jours

  • Dalles : 14 jours

  • Voiles chargés : 4 jours
  • Voiles non chargés : 2 jours
Mode Opératoire Ferraillage

1.Travaux préparatoires 

 

Le contrôle de l’implantation devrait être ferme et rigoureux pour une bonne exécution du ferraillage.

2.Définition du ferraillage

Les parties d’ouvrage d’art concernées par cette procédure sont :

  • Semelles

  • Longrines

  • Chainages

  • Poteaux

  • Poutres

  • Voiles

  • Dallage

  • Plancher

  • Raidisseurs

  • Escalier

Pour la majorité des éléments ferraillés, le ferraillage sera façonné hors site, puis livré et rassemblé par des équipes spécialisées suivant les plans validés par le BC.

3.Ferraillage des semelles 

 

Apres implantation et préparation du coffrage, le ferraillage des semelles sera préalablement rassemblé sur l’aire de ferraillage puis déplacer à l’aide de la grue

 

Processus d’exécution 

 

Après nettoyage du fond de coffrage :

  • Pose du ferraillage suivant le plan d’exécution.

  • Pose des cales à béton au-dessous et des quatre cotés.

 

4.Ferraillage des poteaux

 

Processus d’exécution 

 

  • Implantation de l’axe du poteau

  • Vérification de la conformité des attentes en section et en longueur

  • Mise en place des cales a béton pour garder l’enrobage

 

5.Ferraillage des longrines et des poutres

 

Apres implantation et préparation du coffrage, le ferraillage des longrines et poutres sera préalablement rassemblé sur l’aire de ferraillage puis déplacer à l’aide de la grue

 

Processus d’exécution 

 

Après nettoyage du fond de coffrage :

  • Pose du ferraillage suivant le plan d’exécution.

  • Pose des cales à béton au-dessous et des deuxcôtés pour assurer l’enrobage des aciers.

  • Soufflage à l’air comprimé pour dégager la saleté qui peut survenir

 

 

 

6.Ferraillage des Voiles 

 

Processus d’exécution 

 

  • Implantation des limites du voile

  • Vérification de la conformité des attentes en section et en longueur

  • Montage des barres verticales

  • Montage des barres horizontales

  • Placer des barres en diagonale pour les voiles ayant une longueur importante

  • Mise en place des cales a béton pour garder l’enrobage

 

7.Ferraillage des dallages et planchers

Apres implantation et préparation du coffrage, le ferraillage sera rassemblé directement sur l’ouvrage a ferraillé.

 

Processus d’exécution 

 

Après nettoyage du fond de coffrage :

  • Pose du ferraillage suivant le plan d’exécution.

  • Pose des cales à béton au-dessous et des deux côtés pour assurer l’enrobage des aciers.

  • Soufflage à l’air comprimé pour dégager la saleté qui peut survenir

 

 

I.     Consignes de sécurité 

1.    Mise en place 

 

  • Les plates-formes de travail doivent être inspectés, montés et démontés sous la surveillance de personnes qualifiées et expérimentées et, autant que possible, par des ouvriers familiarisés avec ce genre de travail.

  • Lors de la mise en place du ferraillage, seuls les ferrailleurs sont autorisés à accéder sur les plates-formes de travail

  • Si la protection collective fait défaut le port du harnais est obligatoire lors des phases de ferraillage.

  • On doit utiliser des échafaudages conformes avec des lisses et plinthe pour des travaux de hauteurs moyennes,

Mode Opératoire de la mise en place du Béton
Mode Opératoire béton

Je vous recommande de voir cet article détaillé sur le béton

I.  MISE EN PLACE DU BETON 

 

Compte tenu des propriétés rhéologiques des bétons, le temps s’écoulant entre leur production et mise en place sera limité et une attention particulière sera observée pour ces limites.

Le coulage du béton sera effectué par les chefs d’équipe et ouvriers de coffrage, selon l’emplacement de l’ouvrage sur le terrain.

Le béton mis en place sera vibré et la hauteur de chute libre du béton ne dépassera pas 1.50m pour éviter les éventuelles ségrégations dues à la hauteur de chute du béton.

Le délai entre deux bétons sera très court. Ce délai sera plus court que le délai de la première prise du béton.

Au moment du coulage un membre de l’équipe de coulage devra veiller continuellement à ce que les armatures, les cales et les tubages ne soient pas déplacés, et il devra corriger et ajuster chaque armature ou tubage qui viendrait à être déplacé.

 

II.  VIBRATION

 

Lors du coulage de béton, une attention sera accordée en vue d’assurer une homogénéité. Pour cela, des vibreurs seront utilisés. Exceptionnellement, les vibreurs ne seront pas utilisés pour le gros béton.

Le nombre des vibreurs sera variable selon la quantité de béton à couler et la rapidité du travail.

L’épaisseur de la surface de vibration appliquée est limitée à 50 cm.

Lors de la vibration, une attention sera accordée pour que les équipements et le coffrage ne soient pas déformés.

 

III.  CAS DEPENDANTS DE LA TEMPERATURE

1.    Bétonnage par temps froid

Si la température mesurée sur chantier est inférieure à -5Co, le coulage du béton ne sera pas autorisé. Les armatures seront débarrassées éventuellement des glaces avant utilisation. Aucun matériau contenant du gel ou de la glace ne sera utilisé pour le bétonnage.

Le béton endommagé par le gel sera purement et simplement détruit.

 

 

2.    Bétonnage par temps chaud

Des précautions particulières seront prises pour la mise en œuvre du béton par temps chaud ou lorsqu’il y’a des vents asséchants, en particulier le coulage ne sera fait qu’en fait d’après-midi ou tôt le matin. Le béton coulé la veille sera abondamment arrosé pendant au moins 7 jours.

Aucun agent retardateur ne sera utilisé. Par temps chaud, la température du béton ne dépassera pas 25 °C.

 

Si la température mesurée sur le chantier est toujours au-delà de 35Co, dans ce cas les mesures à seront soumises à l’agrément du Maître d’œuvre et le béton sera mis en œuvre conformément à l’agrément.

Après coulage le béton sera protégé éventuellement de conditions climatiques défavorable. Les systèmes et méthodes de protection seront soumises au BET pour approbation.

 

IV.   REPRISE DE BETONNAGE

1.    Matériel à utiliser pour le traitement de la surface

  • Brosses métalliques

  • Grattoirs

  • Marteau et burin

  • Compresseur à air

 

2.    Exécution de la reprise

 

Lors du bétonnage et de la prise du béton, l’élimination de la laitance du béton sera faite par brossage et grattage de la surface de la section bétonnée. 

Un repiquage de la surface de reprise de bétonnage est prévu dans le cas où cette dernière est lisse. Avant la reprise du béton, la surface sera soufflée à l’air comprimé pour éliminer toutes les particules de béton et de poussière, puis arrosée abondamment pour l’imprégnation d’eau dans le béton au moment de bétonnage. L’eau en excès sera éliminée à l’aide d’une éponge ou par soufflage.

        V. CAS DES BETONS DE GRANDE EPAISSEURS

1.    Contrôle de la température

Pendant la cure et le durcissement, la température du béton sera mesurée et contrôlée de manière adéquate sur toute son épaisseur, afin d’assurer que le gradient thermique n’a pas induit de fissuration excessive dans le béton ou de délamination en contact entre deux surfaces bétonnées.

2.    Cure du béton

Immédiatement après le coulage du béton, la cure débutera, selon les moyens préétablit qui seront approuvée par le maître d’œuvre.

Les modes Opératoires En Hauts sont les plus demandés , vous pouvez les modifier selon vos besoins et sans aucune restriction

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on telegram
Telegram